Comme son copain le thym, le romarin se compte parmi les herbes folles de Provence et il n’est, lui aussi, pas seulement utile à la cuisine ! Revenons sur les utilisations médicinales de cette allié santé.

Durant la Grèce antique, le romarin était utilisé comme un stimulant de mémoire. Les étudiants se paraient de couronnes de romarins qu’ils confectionnaient à l’aide de rameaux.

Chez les romains, le romarin était sacré. Les mariés étaient coiffés de couronnes de romarins tressés. Ils déposaient également des bouquets sur les tombeaux. Le romarin devait conserver le corps par son arôme et, ses feuillages persistant garantissaient aux morts la paix éternelle.

Depuis longtemps aussi, le romarin est brûlé afin de purifier l’air.

Aujourd’hui, le romarin est reconnu pour ses vertus sur la santé et le bien-être.

  • le romarin prévient l’apparition de maladies cardiovasculaires et d’autres maladies liées au vieillissement,
  • il est antimicrobien et anti-inflammatoire,
  • il lutte contre les troubles gastriques,
  • il lutte contre les troubles rhumatismaux,
  • il aide à la circulation sanguine des mains, des pieds et des jambes,
  • il améliore les fonctions biliaires et hépatiques,
  • il s’utilise en antiseptique léger en usage externe

";